C’est bientôt Noël

Le 16ème Séminaire Technique Accessiweb a eu lieu hier, et j’ai eu le plaisir d’y présenter « Prioriser les chantiers d’accessibilité numérique quand tout est à faire (sur Slideshare) ». Cependant l’objet de ce billet n’est pas cette autopromotion éhontée, mais le résultat d’une discussion qui a provoqué des cliquetis dans ma tête.

Les séminaires GTA sont toujours l’occasion de prendre un bain de tribu : on cause accessibilité, on respire accessibilité, on mange accessibilité.

Afficher la photo: Pause déjeuner au 16ème Séminaire Technique Accessiweb
Pause déjeuner au 16ème Séminaire Technique Accessiweb, où l'on constate que les EAE ont un sacré coup de fourchette.

C’est l’occasion de retrouver, ou d’enfin croiser pour de vrai, twittos, confrères, et aussi ex-stagiaires connus lors de formations. En l’occurrence j’ai pu discuter avec Régis Lapèze, que je n’avais pas revu depuis la formation EAE qui l’a vu décrocher sa certification.

On parlait ressources, blog, et je me suis mis à considérer la façon dont je choisis le thème des articles que je publie. Pour ma part il y a au moins deux familles : les sprinters, et les coureurs de fond.

Les sprinters jaillissent au détour d’une lecture, d’un commentaire, d’un coup de sang, d’une discussion… si j’ai le créneau, je le ponds immédiatement et le fais éclore dans la foulée.

Les coureurs de fond sont des sujets que je décris religieusement sur des listes que j’égare ensuite avec empressement ; mais qui gambadent leur bonhomme de chemin dans ma tête. Certains mûrissent et éclosent dans la fleur de l’âge. D’autres mûrissent tellement qu’ils finissent par pourrir et ne sortent jamais.

Mais une chose commune les caractérise : ils traitent de thèmes que j’ai choisis. Alors que dans mon travail, je passe mon temps à traiter de thèmes qu’on m’a commandés. Et si je fais bien ce travail, les lecteurs sont ravis car cela répond à leur besoin personnel à eux qu’ils ont pour eux-mêmes.

Alors j’ai envie de tenter cette expérience : te demander, à toi lecteur, quel sujet tu aimerais voir traité sur ce blog. Tout simplement. Attention, je ne promets rien, hein, déjà que j’ai du mal à gérer mes propres envies… Mais d’une, je suis curieux de savoir ce que tu en attends (si tu en attends quelque chose…) et de deux, si ça se trouve, ça va coller avec un élément de ma liste, ce qui me motivera à accélérer le train.

Et puis après tout, on aurait tort de se priver, car comme dit souvent ma femme: c’est bientôt Noël.

Hop, à toi !

14 thoughts on “C’est bientôt Noël”

  1. Ce fut mon premier séminaire AccessiWeb, et ça n’est pas près d’être mon dernier ! Riche en rencontres, conférences intéressantes, repas agréable et puis quelle vue du 24éme étage de la tour Zamansky !

    « Alors j’ai envie de tenter cette expérience : te demander, à toi lecteur, quel sujet tu aimerais voir traité sur ce blog. »

    Je voudrais bien un article sur l’ornithorynque de Tasmanie, c’est possible ?
    *paff*
    Bon d’accord…

    Plus sérieusement, j’aurai une petite idée qui me vient en tête :

    Elle consisterait à poser une question, par exemple sous la forme d’un sondage « QCM » (à fréquence d’un sondage toutes les 1 à 2 semaines), puis à en présenter/analyser les résultats obtenus. Ça pourrait être une sorte « d’interactivité facile » entre les internautes et le blog, ne serait-ce que dans un premier temps que pour connaître si les internautes connaissent telle ou telle techno, astuce, façon de faire, bonne pratique…
    Qui plus est, un plugin et le tour est joué 🙂

    La première question pourrait concerner l’ornitho… Ok j’arrête :]

    à très bientôt !

    1. Et bien figure-toi que j’y suis allé, en Tasmanie, et, déception: pas l’ombre de la queue d’un ornithorynque. Et c’est pas faute d’avoir cherché! Donc on recentrera le débat sur les diables, les échidnés et les wombats.
      Plus sérieusement, oui, pourquoi pas? Mais tu imagines plutôt des questions de base (par exemple: quel attribut permet de définir une alternative textuelle à un bouton image?); ou des choses plus sioux (genre: pour cette image [la photo d’identité de Monsieur Duschmol], quelle est l’alternative pertinente?)?

      1. Oh, je crois que pour le coup on peut pousser jusqu’à la photo d’identité de Monsieur Duschmol (avec l’accord de Madame Duschmol, évidement).

        L’objectif du module étant de « voter » puis d’avoir une réponse détaillée immédiate (histoire de ne pas perdre d’internautes entre le lancement du sondage et l’évaluation des résultats obtenu). L’internaute sait alors si il a fait une erreur, et aura tous les éléments devant lui pour s’améliorer.

        Après c’est « juste une idée comme ça », Regis dans son commentaire (ci-dessous) relève quelque chose qui à mon sens est bien plus intéressant à traiter.

  2. Rien que pour parler de l’accessibilité, il y a certainement beaucoup à dire. J’ai également beaucoup apprécié cette journée que je qualifierai de très riche que ce soit pour les choses que j’ai pu y apprendre que pour les gens avec qui j’ai pu discuter.

    J’ai particulièrement apprécier les informations que tu m’as donné Olivier, je m’en délecte aujourd’hui.

    Pour ce qui est des thèmes qui mériterai d’être abordé, je te fais part d’une petite réflexion que j’ai eu quand il y a eu la journée de l’accessibilité et que l’on a encouragé tout le monde à parler de l’accessibilité autour de soit. Je suis encore assez jeune dans le monde de l’accessibilité et même si je suis un converti et un fervent défenseur de la cause, il m’est encore difficile de trouver les mots justes pour retenir l’attention de mes auditeurs quand je les sensibilise à l’accessibilité. En gros, comment amorcer en toute confiance une sensibilisation à l’accessibilité avec un client ?

    Est-ce que cette question te parle ? ou a-t-elle déjà eu une réponse quelque part ?

    1. Un truc qui marche généralement bien les esprits, même c’est un peu de travail de mise en place : demander à utilisateur de venir montrer à quel point ça peut être galère quand un site est pourri.

      1. Je confirme: si les spectateurs ont un minimum d’empathie, ça peut provoquer chez eux une épiphanie, parfois décisive. En fait, c’est ce qui m’est arrivé lors de ma première rencontre avec Tanguy!

        1. Une épiphanie ? Je dirais plutôt une apocalypse (que ceux qui n’ont jamais fait des humanités ou ne sont pas amateurs d’étymologie aillent voir ailleurs si j’y suis). 😉

          1. Si je dis à Tanguy qu’il a été apocalyptique, il peut mal le prendre… Alors que si je lui dis que c’est le roi, déjà ça passera mieux!

    2. Régis, c’est une excellente suggestion. Et ce thème a lieu seul mériterait toute une série de billets.
      Je pense qu’il a été globalement traité, et même très bien, par les gens qui sont sur le sujet depuis longtemps, et qui ont été les maîtres à penser de toute une génération dont je fais partie. Mais il y a sûrement la place pour une synthèse, ou au contraire sur des focus par profil d’interlocuteur, par contexte, etc.
      Ça me donne donc plein d’idées pour de nouveaux billets, et remet sur le haut de la pile certains projets. Merci!
      En attendant que je m’y mette sérieusement, tu peux consulter les ressources suivantes, en français:

      La page sur les enjeux de l’accessibilité numérique sur le site de l’IAN
      La rubrique accessibilité sur le site d’OpenWeb
      La page sur les bénéfices de l’accessibilité sur le site d’Accessibilité Web

      Si tu lis l’anglais, tu trouveras des choses très percutantes, avec un angle business très marqué, sur le blog de Karl Groves.

      1. C’est peut-être bête ce que je vais dire, et ça dépasse bien entendu le sujet de cet article, mais pour moi la meilleur chose que l’on puisse faire, tant qu’à écrire, ça serai de rédiger une sorte de guide pratique et technique de l’accessibilité web, avec une définition de l’accessibilité web, comment la « vendre » et la promouvoir, et ensuite une vue par « modules » (les formulaires, les liens, le JavaScript…) qu’on pourrait alors dispatcher par profil (intégrateur, graphiste…), et pour finir des modules « cas pratique » (une lightbox accessible, un slider accessible…).
        On constituerai premièrement un guide technique officiel, et en second lieu une bibliothèque d’éléments RIA accessibles.
        Pour la première partie ce n’est pas obligatoirement très très long à produire puisque les connaissances nous les avons (en grandes parties^^), pour la seconde, elle se fera au fil du temps.

        Bref, une idée, comme ça… 🙂

        1. Hé, c’est pas parce que c’est bientôt Noël qu’il faut demander la lune!!
          Plus sérieusement, l’air de rien c’est un vaste chantier, et ça fait des années qu’on tourne autour sans trop savoir comment le prendre. J’avais fait en son temps une proposition pour initier un corpus de connaissances (en anglais), mais après un bouillonnement intéressant, l’idée est tombée à plat semble-t-il.
          On a aussi le projet Accede Web qui vise à cela, peu ou prou, et bien que ce soit bien avancé, ça reste à finaliser.
          Après, si le cœur t’en dit… y a qu’à!

  3. Pourquoi ne pas faire un focus mensuel, par exemple, sur un site dont la mise en accessibilité est réussie ? Ca aurait l’avantage de mettre un peu de positif dans ce domaine où l’on a tendance à ne pointer que ce qui ne va pas, et à valoriser ceux qui font du bon boulot. Et, par effet de contraste, ce qui ne seraient pas cités en auraient l’orgueil chatouillé. Enfin, espérons-le.

    1. Ça serait effectivement hyper-intéressant. Techniquement cependant, ça pose pour moi un problème d’interférence avec mon job. D’une, c’est très consommateur en temps, donc je serai obligé de faire ça sur mon temps libre, et bon, c’est pas ce que j’ai de plus abondant en ce moment. De deux, le choix du site étudié sera délicat: prendre un site avec lequel je n’ai strictement aucun lien, professionnel ou personnel, parait le plus sain. Mais à partir de là, comment le sélectionner? Comment ne pas être suspecté de draguer le site en question? Si je fais un baromètre à la Temesis, où je couvre tout un secteur, c’est différent, puisque tout le monde est sur un pied d’égalité, la machine crache un rapport factuel, on peut rien dire. Mais si je fais une analyse manuelle plus fine de l’expérience utilisateur, ciblée sur un site (et qui plus est, gratos), ça devient plus sensible comme question.
      Mais bon, pour tout dire c’est un truc qui me trotte depuis longtemps, pas dit que je ne trouve pas une solution un de ces quatre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *